La situation « Covid-19 » aux Philippines

Le premier cas de contaminations est apparu à Manille le 30 janvier, soit un mois après le premier cas signalé en Chine le 31 décembre 2019. À ce jour, 7 958 cas confirmés et 530 décès ont été rapportés dans l’archipel.

Les vols reliant les Philippines à la Chine ont été suspendus le 1er février, au lendemain de la découverte du premier cas d’infection respiratoire aiguë causé par le nouveau coronavirus. Le président philippin Rodrigo Duterte décide alors d’interdire l’entrée aux Philippines à tous les Chinois venus de Wuhan, foyer de l’épidémie, ou d’autres villes chinoises touchées par le coronavirus.

Il faudra attendre le 12 avril pour voir décréter les premières mesures de confinement. La quarantaine concerne environ 55 millions de Philippins, soit près de la moitié de la population de l’archipel. Initialement prévu jusqu’au 30 avril, le confinement a été prolongé jusqu’au 15 mai.

Avec un bilan à la hausse, trois fois plus de cas d’infections en avril, la préoccupation majeure concerne notamment le manque de médecins et de personnels soignants.
Selon l’Association des hôpitaux privés aux Philippines, le pays compte 6 médecins pour 10 000 habitants (l’un des taux les plus bas en Asie du Sud-Est) et fait face à une pénurie de 23 000 infirmières qui partent à l’étranger pour un meilleur salaire, notamment aux États-Unis. Pour renforcer les capacités des hôpitaux, le gouvernement a décidé d’interdire aux personnels soignants de quitter le pays à compter du 2 avril.

Tandis que les autorités craignent une surcharge du fragile système de santé, le président Rodrigo Duterte a expliqué aux Philippins le 1er avril qu’il était vital de coopérer dans la lutte contre l’épidémie et de respecter les mesures de confinement. Le chef de l’État, fidèle à son style provocateur a ainsi donné pour consigne à l’armée et à la police de tirer à vue si les mesures de confinement n’étaient pas respectées. Une rhétorique et une incitation à la violence qui ont provoqué un tollé parmi les défenseurs des droits de l’homme.

Réflexion profonde

En ces temps compliqués, nous vous partageons un texte écrit par Pierre Alain LEJEUNE, prêtre à Bordeaux

L’Homme l’entendra-t-il ?

Et tout s’est arrêté…

Ce monde lancé comme un bolide dans sa course folle, ce monde dont nous savions tous qu’il courait à sa perte un mais dont personne ne trouvait le bouton « arrêt d’urgence », cette gigantesque machine a soudainement été stoppée net. A cause d’une toute petite bête, un tout petit parasite invisible à l’œil nu, un petit virus de rien du tout… Quelle ironie ! Et nous voilà contraints à ne plus bouger et à ne plus rien faire. Mais que va t-il se passer après ? Lorsque le monde va reprendre sa marche ; après, lorsque la vilaine petite bête aura été vaincue ? A quoi ressemblera notre vie après ?

Après ?
Nous souvenant de ce que nous aurons vécu dans ce long confinement, nous déciderons d’un jour dans la semaine où nous cesserons de travailler car nous aurons redécouvert comme il est bon de s’arrêter ; un long jour pour goûter le temps qui passe et les autres qui nous entourent. Et nous appellerons cela le dimanche.

Après ?
Ceux qui habiteront sous le même toit, passeront au moins 3 soirées par semaine ensemble, à jouer, à parler, à prendre soin les uns des autres et aussi à téléphoner à papy qui vit seul de l’autre côté de la ville ou aux cousins qui sont loin. Et nous appellerons cela la famille.

Après ?
Nous écrirons dans la Constitution qu’on ne peut pas tout acheter, qu’il faut faire la différence entre besoin et caprice, entre désir et convoitise ; qu’un arbre a besoin de temps pour pousser et que le temps qui prend son temps est une bonne chose. Que l’homme n’a jamais été et ne sera jamais tout-puissant et que cette limite, cette fragilité inscrite au fond de son être est une bénédiction puisqu’elle est la condition de possibilité de tout amour. Et nous appellerons cela la sagesse.

Après ?
Nous applaudirons chaque jour, pas seulement le personnel médical à 20h mais aussi les éboueurs à 6h, les postiers à 7h, les boulangers à 8h, les chauffeurs de bus à 9h, les élus à 10h et ainsi de suite. Oui, j’ai bien écrit les élus, car dans cette longue traversée du désert, nous aurons redécouvert le sens du service de l’Etat, du dévouement et du Bien Commun. Nous applaudirons toutes celles et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont au service de leur prochain. Et nous appellerons cela la gratitude.

Après ?
Nous déciderons de ne plus nous énerver dans la file d’attente devant les magasins et de profiter de ce temps pour parler aux personnes qui comme nous, attendent leur tour. Parce que nous aurons redécouvert que le temps ne nous appartient pas ; que Celui qui nous l’a donné ne nous a rien fait payer et que décidément, non, le temps ce n’est pas de l’argent ! Le temps c’est un don à recevoir et chaque minute un cadeau à goûter. Et nous appellerons cela la patience.

Après ?
Nous pourrons décider de transformer tous les groupes WhatsApp créés entre voisins pendant cette longue épreuve, en groupes réels, de dîners partagés, de nouvelles échangées, d’entraide pour aller faire les courses où amener les enfants à l’école. Et nous appellerons cela la fraternité.

Après ?
Nous rirons en pensant à avant, lorsque nous étions tombés dans l’esclavage d’une machine financière que nous avions nous-mêmes créée, cette poigne despotique broyant des vies humaines et saccageant la planète. Après, nous remettrons l’homme au centre de tout parce qu’aucune vie ne mérite d’être sacrifiée au nom d’un système, quel qu’il soit. Et nous appellerons cela la justice.

Après ?
Nous nous souviendrons que ce virus s’est transmis entre nous sans faire de distinction de couleur de peau, de culture, de niveau de revenu ou de religion. Simplement parce que nous appartenons tous à l’espèce humaine. Simplement parce que nous sommes humains. Et de cela nous aurons appris que si nous pouvons nous transmettre le pire, nous pouvons aussi nous transmettre le meilleur. Simplement parce que nous sommes humains. Et nous appellerons cela l’humanité.


Ecrit par Pierre Alain LEJEUNE, prêtre à Bordeaux

Action Covid-19

Depuis l’apparition du nouveau coronavirus en Chine fin 2019, le nombre de contaminations a dépassé ce lundi 30 mars le cap des 724.000 cas confirmés. Plus de 34.000 personnes sont décédées, dans 177 pays et territoires.

Aux Philippines, la situation est certes moins grave que dans d’autres pays, et le nombre de cas confirmés est de 1546 ce lundi 30 mars.

Alors qu’il ne semble pas y avoir d’alerte telle qu’en France, en Italie… à ce jour aux Philippines, nos contacts locaux, Ann et Chona nous donnent régulièrement des nouvelles et vont particulièrement surveiller les conditions sanitaires, alimentaires et sociales des jeunes parrainés par Pakigangay et de leurs familles.

Dans le contexte de l’épidémie qui touche également les Philippines, l’association a décidé de manifester un soutien particulier et d’attribuer une aide de 50 € à chaque famille des filleuls (soit 35 jeunes).

L’association se tient prête à agir en cas de besoins spécifiques.

Les membres de l’association ne manqueront pas de vous en informer.

Avis de report du diner prévu le samedi 14 mars 2020

Chers adhérents, parrains, donateurs, amis de Pakigangay,
en raison de la situation sanitaire actuelle, de son évolution possible et après avoir pris conseil auprès du centre d’information Santé Publique France, le Conseil d’Administration de l’association PAKIGANGAY a décidé de reporter la soirée programmée le samedi 14 mars par mesure de précaution.
Un message sera affiché aux portes de la salle des Vire-Court de
Gouesnac’h à destination des personnes qui n’auraient reçu cette
information.
Nous vous informerons de la date de report de cette manifestation dès que
nous serons en mesure de la programmer.
Nous vous remercions pour votre compréhension.

A l’attention des adhérents et des paroissiens
L’Assemblée Générale est bien maintenue à 17h00 le samedi 14 mars pour les adhérents. Un pouvoir peut être adressé à tout membre présent pour les décisions mises au vote (rapport moral, rapport financier, renouvellement des membres du C.A.).

Le rapport de cette A.G. sera présenté dans la prochaine Lettre de l’association.

La messe de 18h00 à Gouesnac’h est maintenue.


Cordialement,
Jean-François Barbot
Association Pakigangay

Rendez-vous « Charité »

Pour la troisième année, la paroisse de Fouesnant propose le « Rendez-vous charité ». Un moment en paroisse pour nous mettre en route et suivre ensemble le commandement d’amour de Christ : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15, 12).

Cette opération se vit pendant le Carême où chacun est invité à participer à sa mesure et se termine par des ventes de charité au profit cette année de nos amis Philippins avec l’association Pakigangay.

  • 4 février
    Réunion de préparation des ateliers de confection en vue des ventes de charité
  • 6, 13, 20 et 27 mars et 30 avril
    ateliers organisés les vendredi de carême de 16h45 à 18h00 à la maison paroissiale de Fouesnant
  • Préparation par les jeunes du catéchisme d’une gazette destinée à être vendue lors des ventes de charité (photos et reportages sur le mode de vie des jeunes Philippins, coutumes, fêtes religieuses, locales, habitudes alimentaires, …)
  • Réalisation de gâteaux pour ces mêmes ventes de charité
  • 10 mai à Bénodet,
    17 mai à Fouesnant,
    22 mai au marché de Fouesnant

    Présentations lors des sorties de messes
  • Présentation de l’association dans les écoles privées CE-CM du secteur et accompagnement lors d’activités (ateliers des vendredis de carême) et de rencontres
  • Avril à Saint-Evarzec
    course pour les 5 écoles
  • 28 juin,
    messe d’action de grâce à Fouesnant




Assemblée générale : samedi 14 mars 2020

Samedi 14 mars se tiendront l’Assemblée Générale et la soirée annuelle de Pakigangay dans la nouvelle salle polyvalente « Les Vire-Court » Hent Reuniou – derrière la mairie de Gouesnac’h.

L’assemblée générale (A.G.) est ouverte à tous les adhérents, donateurs et sympathisants de l’association.
C’est un rendez-vous annuel qui permet de présenter le bilan des actions de l’association et de présenter les projets.

Programme
17h > Assemblée générale
18h > Messe en l’église St Pierre et St Paul de Gouesnac’h
19h15 > Apéritif
20h > Diner

Tarifs
15 euros adulte / 7 euros enfant de moins de 12 ans.

Inscription au diner auprès de
Gérard Surget
par email à gerard.surget@wanadoo.fr
Marie-Madeleine Canet
par email à mm.canet@orange.fr

Inscrivez-vous sans attendre !

Séjour et nouvelles des Philippines

Armand Guézingar, s’est de nouveau rendu aux Philippines où il
a vécu les fêtes de Noël et le jour de l’an avec les jeunes et
les familles de Maasin soutenus par l’association.

Les voyages vers Maasin aux Philippines sont toujours longs
et se déroulent en plusieurs étapes : départ en avion de Paris
vers Séoul en Corée du sud (11h) puis après une escale (2 à 6
h) vol vers l’île de Cébu (3h30) aux Philippines où Armand est
accueilli par Razel. C’est en bateau que se termine son périple vers Maasin (5 h).
Arrivée légèrement chahutée en raison du typhon
Phanfone, le 21e à frapper cette année, qui était annoncé
pour le jour de Noël.

La fin de séjour sera également mouvementée moins en
raison de l’éruption du volcan Taal qui entraînera l’annulation
de nombreux vols aux Philippines très peu de temps après le
départ d’Armand qu’en raison de la poursuite en France des
annulation de trains en raison des mouvements de grève liés
au projet de réforme des retraites.

Au cours de son séjour, le Père Armand a concélébré le mariage de la sœur de Joël, à Ibarra. C’était l’un des 50 couples dont le mariage était célébré dans une « cérémonie unique, particulièrement recueillie et très priante, avec une assemblée très nombreuse » partage le Père Armand.
Il a aussi célébré le baptême du petit-fils de Mario et partagé le repas de Noël avec une famille.

Avec les jeunes du Foyer Pakigangay Maasin, le Père Armand a participé à une journée de détente au bord de la mer. Les encadrants, qui avaient organisé cette journée avec notre soutien financier, étaient présents ainsi que quelques parents. Armand nous a montré la vidéo d’un chant, « Sinulog Cébu Music », que l’association souhaite faire partager aux enfants des écoles françaises en lien avec l’association.

Autres visites et actions au
cours de ce séjour :

  • une sortie avec les jeunes et les responsables du foyer, équipés de tee-shirts Pakigangay-Maasin, en bord de mer à St Joachim avec un repas
  • nouvelle distribution de riz aux familles
  • divers achats : chaussures…

Armand rappelle l’importance du soutien à l’école de Libog.

Point sur les actions en cours

Suite au voyage de l’été du Père Armand Guézingar, voici un point sur les missions de l’association, et les projets qu’ils s’étaient lancés pour 2019.

Renforcer le lien

L’association Pakigangay renforce le lien France <-> Maasin avec la création d’un comité sur place.
Le Père Harlem, Chona et Ann sont au service de Pakigangay et en contact local et régulier avec les familles aidées par Pakigangay.
Bientôt Mario et Jetzel viendront renforcer cette petite équipe !

Renommer le Foyer

L’association Pakigangay était connue sur place sous le nom du Foyer Saint Joseph. Désormais, c’est Pakigangay Maasin.
Il est prévu qu’une nouvelle convention soit conclue. Les enfants, familles, proches de l’association souhaitent garder ce nom de Pakigangay car ils en sont fiers !

Organisation et équipements

Le Père Harlem libère son bureau. Chona, qui travaille à mi-temps pour Pakigangay, pourra s’y installer, il se trouve dans les locaux du centre diocésain d’action sociale pour lequel elle effectue le 2e mi-temps. Ann travaille ¼ temps pour Pakigangay.

Quelques besoins matériels sont listés par l’équipe de Pakigangay Maasin, notamment une moto. C’est en effet un moyen de locomotion indispensable pour la visite aux familles aidées.

Une sono pour les assemblées du dimanche vient d’être installée !

achat d'une sono pour les assemblées du dimancheachat d'une sono pour les assemblées du dimanche

Accueil des jeunes / scolarité

Le Père Armand Guézingar a organisé une journée avec les familles cet été. Bilan : un jeune de High School a été accueilli.
Tous les enfants du foyer sont couverts pour la scolarité, la nourriture et la santé. Tous témoignent leur satisfaction d’aller à l’école.

Suivez le séjour du Père Armand Guézingar

Aéroport - départ le 7 juillet 2019Départ le 7 juillet 2019

 

 

 

Première étape

Visite de la Ville de Cebu

Visite du Musée de la musique : instruments de musique anciens et tableaux philippins

Basilique Santo-Nino

Musée de la Basilique Santo-Nino, quelques tableaux évoquant l’arrivée des espagnols aux Philippines

Temple de Leah

2e étape

Départ et traversée pour l’île de Leyte… mais arrivée à Ormoc et non à Maasin pour cause de grosse tempête

3e étape

Samedi 19 juillet
Arrivée à Maasin, les transports, le marché… Achat d’un cuiseur de riz !

Les visites, les rencontres…

visite d'une famille : les enfants posentVisite d’une famille, les enfants autour du Père Armand Guézingar !

Dimanche 20 juillet
Eucharistie à la paroisse du Père Harlem… suivie d’un pique-nique sur la plage avec deux familles.

pique-nique sur la plage pique-nique sur la plage pique-nique sur la plage pique-nique sur la plage pique-nique sur la plage pique-nique sur la plage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Semaine du 21 au 26 juillet

Rencontre avec des familles de jeunes scolarisés au Foyer St Joseph Boy’s Home, renommé Foyer Pakigangay !

Les produits locaux

Quelques produits locaux découverts à la foire de Maasin